images

Compagnon d'une employée de Médecins Sans Frontières, Guy Delisle la suit régulièrement à travers le monde. Cette fois, ils sont envoyés pour un an en Birmanie/Myanmar. Ils emmènent avec eux leur bébé Louis. 

Chroniques birmanes est une excellente bande dessinée. Passionnante et instructive, elle nous dévoile les us et coutumes d'un pays/dictature militaire, qui, il faut l'avouer, nous est très peu connu. Si ce n'est à travers une figure célèbre : Aung San Suu Kyi, dont la demeure/prison se trouvait à quelques pas de celle de la famille de Guy. 

Je dois avouer que je n'ai pas adoré le dessin, mais cela n'a pas du tout gêné ma lecture, tellement le propos est passionnant. Le dessin en noir et blanc ne prend jamais le pas sur le contenu. 

L'auteur est un homme ouvert d'esprit. Il en juge rien ni ne critique. Il raconte simplement la façon dont les Birmans vivent et comment lui a habité là pendant un an. Sa compagne Nadège et lui ont dû notamment subir une chaleur insoutenable une grand partie de l'année, des coupures de courant régulières et des gens qui chiquent du bethel toute la journée, colorant leurs dents. Ils se sont bien fait accepter par le voisinage, grâce au bébé Louis, qui attiraient les gens comme des mouches. 

L'espérience de Guy Delisle semble avoir été positive. Il faut cependant noter qu'il a refusé de rester plus longtemps que prévu (Nadège avait la possibilité de rester six mois de plus). Un an de dépaysement total suffit, visiblement ! Je ne peux que le comprendre. Grandir dans une démocratie rend la vie sous une dictature inimaginable. 

DELISLE Guy, Chroniques birmanes, Shampooing, 2007