willis_passage

Joanna Lander, psychologue, s'associe avec le neurologue Richard Wright pour effectuer une étude sur les EMI, les expériences de mort imminente. Grâce à l'injection d'une certaine drogue -sans danger-, ils parviennent à stimuler des EMI artificielles sur des individus coopérants. Vont-ils découvrir la signification de ces événements inexpliqués ?

Un vrai coup de cœur ! J'ai adoré ce roman ; une fois la lecture entamée, je ne l'ai plus lâché.

Je connaissais Connie Willis de nom et de réputation. Elle est une excellente référence dans le domaine de la littérature de science-fiction. Je me rappelle vaguement avoir lu un ou deux de ses ouvrages il y a longtemps, un concernant un voyage dans le temps en plein cœur de la Grande peste au Moyen Age et un autre à une époque fictive où l'industrie du cinéma ne réalise plus que des remakes d'anciens films. Après une recherche sur internet, je peux vous donner les titres de ces ouvrages : Le grand Livre et Remake. Je m'en rappelle fort peu, j'étais sans doute un peu trop jeune pour vraiment les apprécier.

Il m'est difficile de parler de Passage sans révéler des informations. Je dirais simplement que l'intrigue est extrêmement bien conçue. Connie Willis prend tout son temps pour présenter et placer ses personnages et  faire évoluer l'expérience, afin qu'au final, la signification des EMI qui en est déduite paraisse logique et crédible. Le thème de la mort est omniprésent, mais aussi celui du passé, des événements qui ont bouleversé les consciences humaines, sans oublier l'amitié qui lie les protagonistes et qui les humanise. Non sans humour, Joanna et Richard sont sans arrêt en train de courir dans un hôpital que l'on pourrait qualifier de labyrinthe (parfait miroir de leurs esprits en surchauffe  cherchant la clé de l'énigme) , pour trouver l'un ou l'autre ou tenter de fuir des importuns particulièrement déterminés. Tout cela m'est resté en longtemps en tête, tout au long de ma lecture, et encore bien après. 

WILLIS Connie, Passage, J'ai Lu, 2007

Note : Dommage, l'édition J'ai Lu présente des fautes d'orthographe et de frappe.