9782203041769

En 1942, après dix ans d'exil, Stefan Zweig s'installe à Petropolis, au Brésil, avec sa seconde épouse Lotte. Toutes ces années loin de son pays natal ont rendu l'écrivain autrichien désespéré et malheureux. Bouleversé par les récents événements en Europe et par les traitements infligés aux Juifs, Zweig ne souhaite plus qu'une seule échappatoire : le suicide.

La première illustration de cette bande dessinée est celle de la ville de New-York dans l'horizon lointain ; un énième départ pour Zweig, qui les vit tous avec beaucoup de douleur. L'amour de sa femme et la beauté d'un pays ne suffisent pas à combler ses souffrances.

Les derniers jours de Stefan Zweig est une bande dessinée admirable. Visuellement, elle est splendide avec ses paysages à l'aquarelle qui servent avec beaucoup de justesse un récit d'une grande tristesse : les derniers mois de la vie d'une homme au bout de ses forces et d'une femme tragiquement amoureuse.

Une mélancolie implacable submerge le lecteur du début à la fin de ce récit. Elle est accentuée par le fait que nous en savons l'issue funeste avant même d'en commencer la lecture J'en suis sortie ébranlée. À cause de cette atmosphère particulière, évidemment, mais aussi par l'attitude de Zweig. Il avait tellement perdu foi en l'être humain ! Cette bande dessinée m'est restée à l'esprit des jours durant.

À lire. Éventuellement se munir d'un ouvrage plus léger pour la suite, pour se détendre, parce qu'il n'est pas facile de sortir de ce récit ; mais je ne peux que recommander une œuvre qui m'a hantée de cette manière et qui pose réflexion à ce point.

SOREL & SEKSIK, Les derniers jours de Stefan Zweig, Casterman, 2012

Pour les habitants de la région de Malmedy, l'ouvrage se trouve à la bibliothèque de Robertville.