9782350211220

2140. Depuis que les scientifiques ont créé des médicaments qui empêchent de vieillir, les gens se voient vivre sans fin. Pour éviter une surpopulation, il est interdit d’avoir des enfants. Ceux qui, malgré tout, bravent la loi, voient leur bébé leur être enlevé et placé dans des foyers spéciaux pour ces surplus. Anna est l’un d’entre eux. Elle a grandi dans le foyer dirigé par la très cruelle Madame Pincent. Persuadée d’être un monstre, la jeune fille change peu à peu d’opinion au contact de Peter, un surplus de quinze ans arrivé il y a peu.

J’avais déjà lu ce roman il y a des années, mais je ne m’en rappelais que vaguement. Je n’ai eu aucun problème à le relire une seconde fois, au contraire, parce que c’est une très bonne dystopie. Anna est une héroïne plaisante, simple mais intelligente. Le lecteur s’attache beaucoup à elle, qui essaye de toutes ses forces de s’en sortir dans un monde qui ne veut pas d’elle. De nombreuses similitudes, notamment au niveau du contexte, m’ont fait pensé, forcément, à Hunger Games (qui est tout de même sorti un an après La déclaration, je dis ça, je dis rien), bien que fondamentalement, les deux héroïnes ne se ressemblent pas du tout. Bref, je ne vais pas me lancer dans un comparatif, ça n’a aucun intérêt.

Ce roman plaira aux amateurs de dystopie, donc, et ce dès 13-14 ans. Petite note : la couverture est vraiment belle, sobre et attrayante à la fois.

Et bien sûr, je pars à la recherche des volumes suivants, puisqu’il s’agit d’une trilogie !

MALLEY Genna, La déclaration, Naïve, 2007