indexJe ne connaissais Violette Nozière que de nom, rien de son histoire, rien de sa personnalité. Raphaëlle Riol a sorti un roman cette année sur cette jeune femme, Ultra Violette, et les critiques fort enthousiastes m’avaient données envie de le lire. Du coup, quand je suis tombée sur la bande dessinée à la bibliothèque, je l’ai prise. Bien m’en a pris d’ailleurs. Les dessins sont superbes, l’atmosphère et l’histoire interpellantes. Un parricide, c’est quelque chose, et mine de rien, fort choquant. L’environnement sombre (les couleurs, les rues), l’époque révolue et l’absence de sentiments chez Violette accentuent le malaise. Les infos et les photos à la fin de la bande dessinée contribuent à rendre le récit très intéressant. Je me demande tout de même ce qu’il est advenu des descendants de Violette.

BENYAMINA Camille & SIMON Eddy, Violette Nozière. Vilaine Chérie, Casterman, 2014