Couv_176192

Emmanuel Lepage embarque à bord du Marion Dufresne pour voyager dans les terres australes et antarctiques françaises, anciennement surnommées les îles de la Désolation.

Je n'avais jamais entendu parler de ces îles, encore moins de leur emplacement sur la carte (moi et la géo, au secours). L'une d'entre elle, L'île Saint-Paul, connue pour la tragique histoire de ses habitants (Daniel Floc'h, Les oubliés de l'île Saint-Paul), à ma grande honte, je ne connaissais pas non plus. Me voilà un peu plus cultivée (ouf :)) et surtout très contente d'avoir appris autant de choses avec ce récit de voyage.

Quand j'ai commencé à lire cette bd, je n'avais pas particulièrement envie de la lire. Je l'avais prise à la bibliothèque uniquement pour son auteur, dont j'avais lu Printemps à Tchernobyl, qui m'avait beaucoup plu. Puis, page par page, j'ai commencé à entrer dans l'histoire et à réellement l'apprécier. Certes, on est uniquement dans le contemplatif, l'auteur n'est pas acteur, mais observateur (oui, c'est un récit de voyage, mais il y a différents types de récits de voyage), et s'il y a une ligne conductrice (le voyage en lui-même), il n'y a pas vraiment d'action. J'ai moins aimé les portraits que l'auteur a réalisé sur place, et qu'il a glissés dans sa bande dessinée. Je trouve qu'ils ne sont pas très parlant pour le lecteur, ce sont plutôt des souvenirs personnels, ils n'apportent rien au récit.

A part ces quelques détails, Voyage aux îles de la Désolation m'a beaucoup plu, m'a appris des tas de choses et surtout m'en a mis plein la vue. Les dessins sont très beaux, les pages sont parsemées de croquis pris sur le vif, les paysages resplendissent de puissance. Je n'ai qu'une envie, partir moi aussi.

LEPAGE Emmanuel, Voyage aux îles de la Désolation, Futuropolis, 2011