20140120144627_t1Max Winston est le plus grand champion de tennis de tous les temps. Il n'a jamais perdu un seul match, tous ses adversaires le craignent. Qu'est ce qui se cache derrière l'apparence bien lisse de ce jeune homme parfait ?

J'avais entendu parler de cette bande dessinée via les chroniques de Pénélope Bagieu (sur Mademoizelle ? Je ne sais plus) et la cherchait depuis un moment. Et voilà que je me rends en plus compte qu'il y a trois volumes. Que du bonheur. D'autant plus que ce premier volume est absolument génial. Pourtant le milieu sportif, tennistique qui plus est, me passe en général au-dessus des sourcils. C'est bien un domaine pour lequel je n'ai aucune affinité. On sent bien que l'/les auteur(s) aime(ent) le tennis, mais ce sport n'est que la partie émergée de l'iceberg. La personnalité de Max, ses rapports avec son père, son mode de vie en général, les émotions qu'il ressent peu à peu, voilà ce qui est véritablement mis en avant. Max Winston est une oeuvre très particulière, très loin des standards habituels et hyper intéressante. Je me réjouis de lire les deux volumes suivants. 
Quant au dessin, et bien, j'ai autant aimé. Je pense déjà que je préfère les bandes dessinées en noir et blanc, donc forcément, ça m'a parlé. Les expressions faciales et corporelles de certains personnages sont souvent accentuées, pour exprimer plus de force et elles se heurtent à celles de Max, le corps droit et le visage neutre. C'est pas mal du tout. Le côté minimaliste du trait aussi, sert l'histoire en renforçant l'impression générale de malaise.

Good, good !
MOREAU Jérémie, Max Winston, tome 1, La tyrannie, Delcourt, 2014