silo

Dans un futur postapocalyptique, l’air sur terre est devenu toxique et les humains vivent dans d’immenses silos sous terre. La vie est extrêmement réglementée, du fait de la proximité et de l’impossibilité de sortir. Un tant soit peu rebelle ? Des idées d’évasion ? De la non-conformité ? Autant de comportements susceptibles de vous faire sortir pour un « nettoyage » irréversible. En gros, on vous équipe d’une combinaison censée vous faire tenir quelque temps dehors, et on vous lache dans la nature. Oh, et avant de quitter définitivement la zone, pouvez-vous nettoyer les capteurs du silo ? Sans pour autant qu’on vous réouvre la porte, bien entendu. Adieu !

Très chouette roman. Je l’ai dévoré, soyons clair. J’ai été hameçonnée dès le début, avec la présence du vieux shérif au bout de sa vie qui se porte volontaire pour le nettoyage. Un homme attachant, dont le lecteur n’a de cesse de comprendre son geste, et du coup, de continuer à lire. Belle tactique, M. Howey. Et c’est ça qui fait la force du roman, la force de ses personnages principaux. Plus que le fonctionnement du silo, les règles qui le régissent ou sa structure. Tout cela, finalement, n’est pas plus approfondi que cela (du moins selon mon goût), l’auteur a clairement mis l’accent sur l’action.

J’ai directement enchainé avec le deuxième volume, que je billette rapidement.

HOWEY Hugh, Silo, tome 1, Actes Sud, 2016