walking-dead-tome-18-delcourt-couvertureLors de la première visite de Negan sur les terres de Rick et son groupe, Carl disparaît. L’angoisse au ventre, Rick et quelques proches se mettent à sa recherche. Negan aurait-il enlevé le jeune garçon ?

Rien que le titre fait déjà froid dans le dos. Ceux qui suivent la série comprendront.

Mon Dieu. Ce volume 18 est tout de même moins affreux que le 17, même si je l’ai lu avec pas mal d’anxiété. Ce dont Negan (pour ceux qui n’ont pas lu les billets précédents, Negan est le méchant du moment. Et méchant est un petit mot) est capable est terrible. D’autant plus qu’il est imprévisible.

Il est tout de même intéressant de constater que chacun des groupes qui se sont formés ne pensent, ne fut-ce qu’une seconde, malgré la menace monstrueuse que représente Negan, partir ailleurs pour reconstruire un nouvel endroit sûr. Tous courbent le dos ou préparent une offensive, mais l’option fuite n’est même pas envisagée. Est-ce parce que les endroits sécurisés sont si difficile à trouver ou bien les instincts primaires sont-ils plus forts ?

KIRKMAN R. & ADLARD C., Walking dead 18, Lucille, Delcourt, 2013