Olympia

Nous retrouvons nos voleuses préférées bien mal embarquées dans un vol presqu’impossible et sous surveillance qui plus est. Ou elles ramènent la pièce demandée ou elles meurent. Cat’s eyes – le côté gentillet en moins, franchouillard en plus : oh yeah ! Bon allez, je crois que j’ai préféré le premier volume, mais franchement, je chicane. Cet Olympia est très chouette, très punchy, parfois un poil vulgaire, une chouette bd qui remet Cat’s eyes, Ocean Eleven et autres références plus vieilles encore, bref, la culture des vols intelligents à l’honneur.

J’aime aussi beaucoup le dessin, je trouve qu’il a un côté aérien, flou, qui s’harmonise avec le thème. Les traits des visages, par exemple, sont parfois à peine lisibles, presqu’entièrement effacés, fuyants, à l’image de ces trois femmes, dont le métier est littéralement de disparaitre. Par contre, à l’inverse, ces traits discrets s’opposent aux personnalités terre à terre et gouailleuses de ces filles. Ce contraste, ce mix d’oppositions, est une brillante idée.

Le volume 1 : ici

VIVES B., Ruppert et Mulot, Olympia, Dupuis, Aire Libre, 2015